Programmes de formation complémentaire

Avec le titre de spécialiste en médecine interne générale on a déjà tous les outils en poche pour traiter un très large éventail de patients présentant les maladies les plus diverses. Néanmoins, de nombreux médecins souhaitent faire une formation complémentaire dans un certain domaine. Cela peut aussi être la conséquence logique de l’emplacement du cabinet médical ou découler des besoins de la population. Une des possibilités pour atteindre cet objectif est d’accomplir un programme de formation complémentaire. Depuis janvier 2015 l’affiliation à la FMH n’est plus une condition pour parcourir un programme de formation complémentaire.

La liste ci-après vise à offrir une première impression des possibilités étant à disposition du généraliste pour élargir son champ d‘activités. 

Examens radiologiques à fortes doses (CMPR)

Les médecins souhaitant faire des examens radiologiques conventionnels de l’abdomen ainsi que du squelette axial et pelvien au sein de leur cabinet médical doivent être en possession de l’attestation de cette formation complémentaire gérée par le CMPR.  La partie théorique consiste d’un cours en radioprotection pour médecins qui se termine avec un examen fait par l’OFSP. La partie pratique exige la réalisation de 50 examens radiologiques à fortes doses.

Gastroscopie

Le nombre de gastroscopies requis (400, dont 20 avec hémostases endoscopiques) doit être effectué au cours de 3 ans sous le contrôle d’un gastroentérologue ou au sein d’un établissement spécialisé en gastroentérologie.

Médecine d’urgence hospitalière

Cette formation dure 18 mois et doit être accomplie dans des services d’urgence. De plus, deux des trois cours suivants doivent être suivis: ACLS, ATLS, PALS. Les patients traités (au moins 75 des catégories de triage 1 et 2) sont obligatoirement à documenter à l’aide du logbook. Une formation en médecine de catastrophe reconnue par la SSMUS et un cours FAST (Focused Assessment with Sonography for Trauma) viennent compléter cette formation. L’admission à l’examen par écrit et à l’examen pratique ne peut se faire que si les candidats peuvent attester au moins 12 mois de formation. 

Médecin dʼurgence (SSMUS)

Pour être admis à ce programme de formation complémentaire, le candidat doit prouver qu’il dispose d’une activité clinique de 3 ans, dont au moins 1 année en médecine interne générale, 1 année en anesthésiologie, 3 mois dans un service d’urgences et 3 mois en médecine intensive. La Société Suisse de Médecine d’Urgence et de Sauvetage (SSMUS) organise en outre des cours auxquels il faut obligatoirement participer (cours de médecin d’urgence, ACLS, PALS). De plus, le candidat doit effecteur et documenter 50 interventions de médecin d’urgence sous supervision. A la fin, il faut passer un examen pour obtenir l’attestation.

Médecine manuelle

Cette formation complémentaire de la Société Suisse de Médecine Manuelle (SAMM) comporte 8 modules, dont les modules 1 à 3 constituent un module de base qui fournit aussi de bonnes et utiles informations à des médecins intéressés mais sans ambition d’obtenir l’attestation de cette formation complémentaire. A la fin, il faut passer un examen final. La SAMM a en outre publiée un document conceptuel

Pratique du laboratoire au cabinet médical (CMPR)

Les titulaires de l’attestation de ce programme de formation complémentaire géré par le CMPR sont autorisés à réaliser des examens de laboratoire dans leur propre laboratoire au sein de leur cabinet médical. Pour obtenir cette attestation, les candidats doivent assister à un cours de 2 jours et se préparer en étudiant le module e-learning chez soi. Recommandation importante: une affiliation vaut la peine: les non-membres payent CHF 2200.-, les membres de la FMH CHF 1350.- et les membres autant de la SSMG/SSMI/SSP que de la FMH encore CHF 1100.-.

Médecine psychosomatique et médecine psychosociale (ASMPP)

Cette formation complémentaire précieuse est coordonnée par l’Académie Suisse pour la Médecine Psychosomatique et Psychosociale (ASMPP). Théorie, aptitudes et supervision sont saisies à l'aide d’une grille d’évaluation et sur une durée totale de 360 heures. 

Ultrasonographie

Des connaissances en matière d’ultrasonographie sont de grande utilité pour le médecin spécialiste en médecine interne générale (MIG). Ceux qui savent ce que l’ultrasonographie est capable de faire et de clarifier sont en mesure de définir la bonne indication et peuvent aussi correctement interpréter les résultats et gérer les limitations.  
La nouvelle génération de médecins entre plus tôt en contact avec l’ultrasonographie, d’autant plus que les prix des appareils ont diminué ce qui a augmenté leur disponibilité, notamment au sein des cabinets médicaux. En tant que médecin-assistant on est tout aussi heureux d’avoir cet outil diagnostic à disposition lorsqu’il s’agit d’objectiver une rétention urinaire ou de littéralement se faire une meilleure image en cas d’abdomen aigu.
Ceux qui souhaitent faire des ultrasonographies en Suisse et veulent les facturer selon Tarmed doivent avoir parcouru la formation complémentaire correspondante. La Société Suisse d’Ultrasons en Médecine (SSUM) s’occupe de la formation et l’accréditation de l’ultrasonographie. Pour les collègues de l’étranger il existe des informations spécifiques. La SSUM publie aussi un aperçu de quelques trucs et astuces utiles.

L’attestation de formation complémentaire (module ultrasonographie de l’abdomen) est attribuée aux candidats remplissant les conditions suivantes:

  • Titre fédéral de spécialiste ou titre de spécialiste reconnu
  • Participation au cours de base, au cours avancé de perfectionnement et au cours final (inscription)

  • Documentation de la formation à l’aide d’un système de certification (document disponible auprès de la SSUM)

  • 500 ultrasonographies (dont 400 de l’abdomen, 200 sous supervision)

  • Réussite d’une évaluation finale sommative faite par la SSUM

Mise à part les connaissances en matière d’ultrasonographie de l’abdomen, les aptitudes de FAST (Focused Assessment with Sonography for Trauma) et en échocardiographie sont eux aussi très intéressants pour les généralistes.

Autorité responsable

jhas swiss-young-internists SGAIM - Schweizerische Gesellschaft für Allgemeine Innere Medizin BEKAG - Aerztegesellschaft des Kantons Bern

Donnez-nous votre avis

Comment trouvez-vous myAIM ?
A votre avis, quels contenus devrait-on ajouter ?
Avez-vous d’autres propositions d’amélioration ?

Communiquez-nous vos impressions, souhaits et idées. Nous serions ravis de les connaître et d’en tenir compte en vue de continuellement améliorer myAIM. Vous pouvez saisir vos commentaires Ici.