Pourquoi la recherche en médecine interne générale?

La médecine interne générale (MIG) couvre un large spectre de maladies, présentes aussi bien en médecine de premier recours qu’en milieu hospitalier. Le fait de détecter ces maladies alors qu’elles ont une faible prévalence constitue une des compétences clés des spécialistes en médecine interne générale souvent appelés généralistes. Ils sont le premier point de contact des patients dans le système de santé, en tant que médecins de famille notamment. À l'hôpital, en revanche, les « internistes hospitaliers » coordonnent principalement la prise en charge des cas complexes, c'est-à-dire des personnes qui souffrent de plusieurs maladies chroniques et qui ont besoin de se voir prescrire plusieurs médicaments et traitements. Le traitement délivré par le médecin de famille ou l’interniste hospitalier est ainsi typiquement centré sur le patient et s’inscrit dans une perspective de long terme.

Médecine de premier recours
La médecine de premier recours est une discipline scientifique et universitaire ayant des contenus spécifiques en matière d’enseignement et de recherche. La recherche est en effet un domaine particulièrement important. Ainsi, une reconnaissance académique permet d’accroître la réputation de la profession et de rendre plus attractif le titre de spécialiste en médecine interne générale MIG auprès de la relève. De plus, la recherche est une condition sine qua non de la mise en œuvre de concepts thérapeutiques courants au bénéfice de l’ensemble de la population. D’autant plus que les études sont encore toujours réalisées sur des populations excluant les patients âgés ou multimorbides. Ceci a pour effet de discréditer le principe scientifique visé, à savoir offrir des soins médicaux de base à la population globale, de manière optimale et surtout basés sur des preuves (evidence based).

Recherche axée sur le patient
Or, cette tendance a changé et on constate aujourd’hui au niveau mondial que de plus en plus de groupes de recherche se consacrent entièrement à une recherche dans le domaine de soins de premier recours axés sur le patient. Que ce soit au cabinet médical ou à l’hôpital – les questions auxquelles la recherche n’a jusqu’à ce jour pas encore fourni de réponses satisfaisantes ne cessent de surgir. Mon patient âgé de 85 ans a-t-il encore besoin de ce ou cet autre traitement ? Comment m’orienter face à toutes les recommandations portant sur une seule maladie, mais jamais sur des patients multimorbides ? Quel traitement apporte une plus-value à ma patiente et pas seulement une différence significative du point de vue statistique ?

Des travaux suisses ayant reçu un Prix SSMIG sont recueillis sur le site de la SSMIG et donnent un aperçu de la recherche en médecine interne générale (MIG). La SSMIG encourage également les chercheurs à mener leurs travaux dans le domaine de la médecine interne et leur propose de nombreux financements qui sont autant de ressources possibles à côté des bourses du FNS.  D'autres travaux scientifiques très intéressants dans le domaine de la médecine interne sont également reconnus par l'American College of Physicians. Des bourses similaires et d'autres solutions sont annoncées par l'American College of Physicians (certaines de ces bourses ne sont pas limitées aux seuls Etats-Unis).

Prix SSMIG et d'autre promotions

Chaque année, la SSMIG distingue le meilleur article scientifique original et les lauréats sont publiés sur le site de la SSMIG et donner un aperçu de la recherche dans le domaine de l'AIM. 
La SGAIM encourage également les chercheurs à travailler dans le domaine de la médecine interne et propose différentes sources de financement, en plus des divers instruments de financement du Fonds national suisse (FNS). Des bourses similaires et d'autres solutions sont  annoncées par l'American College of Physicians (certaines de ces bourses ne sont pas limitées aux seuls Etats-Unis).


Langage épicène
Pour des raisons de lisibilité, seul le genre masculin a été employé dans certains passages. Si des désignations neutres ou masculines sont utilisées, celles-ci englobent toujours la désignation féminine


Autorité responsable

jhas swiss-young-internists SGAIM - Schweizerische Gesellschaft für Allgemeine Innere Medizin BEKAG - Aerztegesellschaft des Kantons Bern

Donnez-nous votre avis

Comment trouvez-vous myAIM ?
A votre avis, quels contenus devrait-on ajouter ?
Avez-vous d’autres propositions d’amélioration ?

Communiquez-nous vos impressions, souhaits et idées. Nous serions ravis de les connaître et d’en tenir compte en vue de continuellement améliorer myAIM. Vous pouvez saisir vos commentaires Ici.